DAGAN Editions       Librairie Dagan en ligne: romans, essais, jeunesse, bande dessinée sur l'Afrique et les Antilles
 

Gnammankou Dieudonne
Email:alcali@gnammankou.com

 

Dieudonné Gnammankou, désormais appelé Alcali Gnammankou est historien, spécialiste de la diaspora africaine en Europe et philologue slavisant.

Le 05 juin 2010, il a été élevé à la dignité d'ALCALI de Logone Birni, Juge et Conseiller juridique du Sultan de Logone Birni, Sa Majesté Mahamat Bahar Marouf. Quinze ans auparavant, le 02 juin 1995, Dieudonné Gnammankou avait publié un article qui fit sensation dans les milieux littéraires russes : il annonçait dans les colonnes du quotidien gouvernemental russe, Rossyskie Vesti, que le général noir Hanibal, bisaïeul du poète Pouchkine était un Camerounais originaire de la cité historique de Logone Birni.

Il a co-dirigé avec Yao Modzinou l'ouvrage collectif, Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle, MAT Editions, Toulouse. Un livre qui révèle que l’Europe a connu des dizaines de Barack Obama dans son histoire ancienne, de l’époque romaine au XVIIIe siècle, avant que le racisme et les préjugés nés de la traite européenne des Nègres et l’esclavage ne prennent le dessus sur le mérite et le statut social des Noirs européens. Il est l'un des co-auteurs de Encyclopedia of diasporas Immigrant and Refugee Cultures Around the World, vol 1, (Springer-Kluwer Academics, 2005) de M.Ember, C.R.Ember et I. Skoggard, du Dictionnaire des Gens de couleur dans la France moderne : Paris et son bassin (Droz, 2011) dirigé par Erick Noël et de la France noire, sous la direction de Pascal Blanchard (La Découverte, 2011).

Conférencier international et chercheur il dirige la maison d'édition DAGAN qu'il a fondée en 2008. Il est également président de l'asscoiation le Centre Dumas-Pouchkine des Diasporas et Cultures Africaines.

Je soutiens la Pétition et le Collectif Contre Exhibit B: NON à l'atteinte à la dignité humaine sous le fallacieux prétexte de l'art. Lire mon article " DE LA FOLIE DE L’ART: contre Exhibit B. Un voyeurisme immoral et débridé qui permet aux racistes d’assouvir leurs plus vils fantasmes"

DANS LA PRESSE INTERNATIONALE:

LE NEW YORK TIMES: Of African Princes and Russian Poets, par Serge Schmemann

JEUNE AFRIQUE: Non l'Europe n'est pas blanche, par Dieudonné Gnammankou

L'HISTOIRE: Pouchkine l'Africain par Dieudonné Gnammankou

LE POINT : "L'aïeul de Pouchkine était noir!" par Valérie Marin La Meslée

EUROPE 1: "Les Pouchkine" par Franck Ferrand, Au coeur de l'histoire

The Times Literary Supplement:The Rise and Fall of Hanibal, par TJ Binyon

RFI:Première partie De la Russie à la France : l’extraordinaire postérité d’Ibrahim Hanibal Petrovitch Par Elikia M'Bokolo , Mémoire d'un continent. Deuxième partie: De la Russie au Cameroun : l’extraordinaire postérité d’Ibrahim Hanibal Petrovitch Par Elikia M'Bokolo

RUSSIE.NET: Célèbre slaviste Dieudonné Gnammankou au FIG 2011

TÉLÉRAMA: Abraham Hanibal, le filleul noir de Pierre le Grand

ARCHIVES VIDEO GNAMMANKOU.COM
Vidéo de l'intronisation de Dieudonné Gnammankou au rang d'ALCALI de Logone Birni, Juge et Conseiller juridique du Sultan, Sa Majesté Mahamat B. Marouf.


AITV, 1997: Interview de Dieudonné Gnammankou. Reportage de Jean-Vincent Tchienehom


NTV Petersbourg, 07 07 1999: Svetlana Agapitova reçoit Dieudonné Gnammankou au pied de la statue de Pouchkine à Saint-Pétersbourg. En russe (mauvaise qualité d'images d'archives)

Mes nouveaux Heros - Abraham Hanibal-iPhone par DaganTv 

Nouvel Extrait de 16 mn du documentaire en langue russe "Sous le ciel de mon Afriquel", réalisé en 2000 par Konstantin Artioukhov (nouvelle version en 2002 sous le titre, "Le fabuleux destin d'Hanibal":Hanibal en Russie, le voyage au Cameroun, à Logone, terre natale du bisaïeul de Pouchkine et des images de La Fère en France où il obtint son diplôme d'ingénieur(4e mn).

TV5 le 13 juillet 1996: Lise-Laure ETIA reçoit Dieudonné Gnammankou le jour des 300 ans de la naissance du général Abraham Hanibal

 

ACTUALITÉS

11 SEPTEMBRE 1953 - 11 SEPTEMBRE 2014

Hommage à Daniel BIYAOULA

Hommage à l'un des plus grands écrivains africains de sa génération, Daniel BIYAOULA, né le 11 septembre 1953 au Congo et disparu le 25 mai 2014. Lauréat du Grand Prix littéraire de l'Afrique Noire en 1997, il fut l'auteur de trois romans parus chez Présence Africaine (L'Impasse, Agonies et La Source de joies), de plusieurs nouvelles mais aussi d'une préface retentissante au recueil Ténors-mémoires de Léopold Congo Mbemba (Présence Africaine, 2002) :

Ecrivains négro-africains en apparence : aliénation, reniement et universalité.

"La Négritude serait dépassée, elle serait même morte, elle ne serait plus qu'une vue de l'esprit, disent beaucoup de critiques littéraires et nombre de nos intellectuels ou de nos écrivains négro-africains actuels. Ces derniers (les prosateurs surtout) aspirent à la Littérature. Pas à la littérature négro-africaine, qui n'existerait pas, non ! Ils se déclarent écrivains-tout-court, universels, comme si l'universalité d'un écrivain pouvait être décrétée, de surcroît par l'écrivain lui-même ! Comme si la littérature était pareille à la chimie, à la physique ou à la biologie ! Il s'agirait pour eux de produire des textes lavés, débarrassés le plus possible de tout élément nègre, exempts au maximum de tout ce qui rappellerait leurs origines, leur histoire, leur monde, et si ce n'est le cas, de tenir des discours le signifiant. Ainsi se démarqueraient-ils de la Négritude, croient-ils, ainsi transcenderaient-ils la littérature qui lui est associée, laquelle ne serait, selon eux, ni " littéraire ", ni inspirée, ni créative, encore moins libre ; laquelle serait collectiviste, à ranger au musée des antiquités ou à jeter aux orties...

Si les écrivains négro-africains en apparence estiment qu'ils n'ont rien à dire d'eux-mêmes, de leur monde, rien à proposer, si le but de leur littérature est l'exaltation de la beauté d'une langue qui n'a aucune réalité dans leur civilisation, et son enrichissement, ou de faire de l'art pour l'art, cela inquiète, cela est signe d'une approche erronée de la littérature, car l'art pur n'est que vide, dessèchement de l'âme. Car la littérature est retour sur soi pour s'ouvrir à l'Autre, don de soi, échange avec l'Autre, sa fin étant l'enrichissement et la liberté de l'homme. Et lorsque les écrivains négro-africains en apparence se donnent comme objectif de produire une littérature universelle, puisqu'ils sont écrivains-tout-court, ou écrivains-avant-d'être-nègres, ou écrivains-avant-d'être-africains, donc universels, mettant ainsi la charrue avant les bœufs, donnant la primauté à une activité et ravalant du même coup leur être - ce qui n'engage pas qu'eux -, cela interroge, cela dénote une perte de repères, une certaine décadence... ". Et quand les mêmes écrivains négro-africains en apparence déclarent vouloir écrire des textes universels, où donc le Nègre et son histoire, sa vision du monde, sa culture, ses sentiments, ses contradictions, ses problèmes, ses états d'âme n'auraient pas de place, seraient gommés, effacés, cela est grave, dangereux pour le Nègre, sa culture, sa civilisation et son être. Cela est l'expression d'un mépris, d'une négation, d'un reniement de soi, mieux, l'expression d'une assimilation, d'une acculturation, d'une aliénation totales ; signe de déliquescence, de dégénérescence et de mort. Et cela est dangereux aussi pour l'enrichissement du monde, une perte pour l'humanité, car le Négro-Africain a quelque chose à lui apporter au même titre que les autres hommes. Car pas une seconde nous ne pouvons imaginer que l'Asiatique, l'Américain, l'Européen en viennent à nier d'être asiatique, américain, européen ; que le Chinois, l'Indien, le Français, l'Argentin renient le fait qu'ils soient chinois, indien, français, argentin..."

JEUNE AFRIQUE REND HOMMAGE À DANIEL BIYAOULA

"En 1997, un nouveau nom apparut dans le paysage littéraire africain : Daniel Biyaoula, natif du Congo-Brazzaville. Auteur alors d'un premier roman, L'Impasse, ambitieux aussi bien dans la forme que dans le ton de l'écriture, ce romancier congolais montrait un nouvel horizon et peut-être définissait ce qu'était désormais un écrivain africain : un créateur indépendant et soucieux de dire la marginalité, de prendre pour thématique les turbulences de l'immigration. Son personnage principal, Kala, devenait ce sujet postcolonial aliéné par la culture occidentale et inadapté aux moeurs qu'il avait laissées dans son pays d'origine. À ce titre, L'Impasse est considérée comme le chef-d'oeuvre de Daniel Biyaoula, qui nous a quittés le 25 mai à l'âge de 60 ans." Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Lu et approuvé | Daniel Biyaoula, écrivain iconoclaste | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

 

 

 

 

ARCHIVES

CONFERENCES

Mars 2014: Centre Culturel Africain, CAK, Oslo, Norvège. Dieudonné Gnammankou animera une série de conférences sur les Africains en Europe à la Renaissance

Janvier 2014: 8eme Congrès Panafricain, Université de Witswatersrand, Johanneburg: Dieudonné Gnammankou a présenté une conférence sur les conditions sociales et économiques des Africains en France et en Europe

ARCHIVES:

JOURNEE D'HOMMAGE A HANIBAL ET POUCHKINE à la Fère, Aisne, Picardie: le samedi 23 octobre. Pose d'une plaque en français et russe en hommage au séjour du général Hanibal à La Fère en 1720-23. Colloque international. Animations musicale (Joëlle Esso), poétique (JL-Djanga), théâtrale (Emil Abbosolo M'Bo), etc.

FESTIVAL OCCITANIA à Toulouse: Conférence de  l'Acali Gnammankou, "L'histoire des Africains en Europe, la question d'un oubli", Maison de l'Occitanie, le mardi 05 octobre, 18h30, Toulouse.

SALON INTERNATIONAL DU LIVRE DE L'HAY LES ROSES: Table ronde animée par l'Alcali Gnammankou: Saint-George, Dumas, Pouchkine. Quel Héritage intellectuel? samedi 02 octobre, 16h, Moulin de la Bièvre

FESTIVAL DES ARTS ET TRADITIONS SAO KOTOKO A LOGONE BIRNI (CAMEROUN) DU 1ER AU 6 JUIN 2010 A LOGONE BIRNI: Hommage à Alexandre Pouchkine et à son bisaïeul camerounais, Abraham Hanibal, dans sa ville natale en présence de nombreuses autorités (Ministre de la Culture, Sultan de Logone Birni et les Sultans des sultanats voisins, etc.). Conférence de Dieudonné Gnamamnkou à l'Université de Maroua le 02 Juin 2010.

HOMMAGE DE LA VILLE DE LA FERE A ABRAHAM HANIBAL le 23 octobre 2010

PETITION EN LIGNE contre la statue d'une femme noire nue pour symboliser 400 ans de crime contre l'humanité à Toulouse: SIGNER

ARCHIVES: Presse / Publications/ 2002-2004

 

Un nouveau regard sur Pouchkine, l'icône de la culture russe

Les travaux de Dieudonné Gnammankou sur l'origine camerounaise de Pouchkine - publiés dès 1995 dans la presse russe et dans Le Messager de l'Académie des Sciences de Russie (N° de déc.1995) puis en 1996 dans la biographie à succès, Abraham Hanibal, l'aïeul noir de Pouchkine (Paris, Présence Africaine) - font aujourd'hui autorité dans le domaine de la littérature russe et sont à l'origine de la révision des ouvrages et publications académiques consacrés au poète russe et à son bisaïeul africain. En avril 2008 D.Gnammankou était l'un des slavistes invités par l'Université de Harvard au Harvard Pushkin Historic Symposium, le premier colloque organisé par la célèbre université américaine sur l'africanité de Pouchkine.

Dans son introduction à l'ouvrage Under the Sky of My Africa- Alexander Pushkin and Blackness (co-dirigé avec Nicole Svobodny et Liudmilla A. Trigos et préfacé par Henry Louis Gates Jr., Northwestern University Press, 2006, p31), Catharine Theimer Nepomnyashchy, éminetnte slaviste américaine et directrice du Harriman Institute de Columbia University, écrit:

Dieudonné Gnammankou's work on Gannibal, culminating in the publication of Abraham Hanibal, l'aïeul noir de Pouchkine, ushered in a new era in the study of Pushkin's African ancestry. Gnammankou...has definitively established that Gannibal came from an area in central Africa bordering Lake Chad... There has been a flurry of new, largely academic works on Gannibal in the wake of Gnammankou's bombshell and in 1996 scholars celebrated the tricetennial of Abram gannibal's birth, which served as an occasion for a revisiting and revision of the previous research on Gannibal's life; most likely the tricentennial, nourished by the new information provided by Gnammankou, generated a new focus on Gannibal.


En Russie où les travaux de D. Gnammankou rejetant l'ancienne thèse d'une origine éthiopienne d'Abraham Hanibal, avaient fait sensation et créé une énorme polémique entre 1995 et 1999, parce qu'ils touchaient à un aspect sensible de l'histoire culturelle russe, Pouchkine y étant considéré comme une icône et le symbole de l'identité russe, on ne compte plus les spécialistes et les publications qui ont repris la thèse de l'origine camerounaise de Pouchkine. Le livre de Dieudonné Gnammankou, Abraham Hanibal, l'aïeul noir de Pouchkine, traduit en russe et publié en 1999 dans la prestigieuse maison d'édition moscovite, Molodaya Guardia, a reçu le Prix du meilleur livre sur Pouchkine du Salon International du Livre de Moscou, l'année du bicentenaire de la naissance du poète. La même année, D. Gnammankou a reçu le Prix Pouchkine de la Fondation Russe pour la Culture, présidé par le célèbre cinéaste, Nikita Mikhalkov "pour sa contribution essentielle à une meilleure connaissance de Pouchkine". Quant au Muséee National Pouchkine de Saint-Pétersbourg, il a produit en 2000 un documentaire "Le Fabuleux destin d'Hanibal", réalisé par Konstantin Artioukhov, tourné au Cameroun, en Russie et en France, dont D. Gnammankou fut le consultant historique.
Lire le début de l'article Pouchkine l'Africain de D. Gnammankou paru en avril 2008 dans le magazine français L'Histoire.

VIENT DE PARAITRE: "Pouchkine, l'Afrique et la Littérature russe", de Dieudonné Gnammankou in Figures Tutélaires, textes fondateurs. Francophonie et héritage critique, Beïda CHIKHI (dir), PUPS-Presses Universitaires de Paris Sorbonne, Paris, 2009, p 113-126.

Une invitation à la découverte de l'histoire des Africains en Europe

Après avoir soutenu en 2000 à l'EHESS-Paris une thése de doctorat d'histoire sur la présence africaine en Russie du XVIIe au début du XXe siècle, Dieudonné Gnammankou a publié de nombreux articles, chapitres de livres et d'encyclopédie, sur la diaspora africaine en Europe. A la suite d'un colloque international organisé fin 2005 par La Maison de l'Afrique à Toulouse dont il est le coordinateur scientifique, il co-dirige avec Yao Modzinou un ouvrage collectif paru end écembre 2008 chez MAT Editions, Toulouse) auquel ont contribué 22 historiens européens, africains et américains sur Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle.
        PARU EN DECEMBRE 2008: LIRE L'INTRODUCTION DE CET OUVRAGE

D.Gnammankou fut l'un des rares historiens français sollicités en 2002 par l'Université de Yale (USA) pour contribuer à la rédaction de la première encyclopédie des diasporas parue en 2004 sous le titre: Encyclopedia of Diasporas, Immigrant and Refugee Cultures Around the World, M. Ember, C.R. Ember, I. Skoggard (Ed.), HRAF (Yale University) & Kluwer Academic/Plenum Publishers (New York, Boston, Dordrecht, London, Moscow).

Il est historien-consultant sur les Relations anciennes entre la Russie et l’Afrique, sur les Africains en Europe et dans l'Empire ottoman. Dans le cadre d'une co-production internationale (France, Belgique, Allemagne), il est actuellement consultant historique et co-scénariste d'un film de long métrage cinéma adapté de son livre sur la vie du général africain de la Russie impériale, Abraham Hanibal. Production Fly Time Pictures (France).

En mars 2005 dans le cadre du Festival Banlieues bleues, David Murray, chanteur de jazz mondialement connu s'est inspiré des travaux de Dieudonné Gnammankou sur Pouchkine pour réaliser avec la participation de l'écrivain Blaise N'Djehoya et l’acteur américain Avery Brooks, une création musicale sur Pouchkine, qui connut un grand succès.
De 1994 à 1999, D.Gnammankou a participé en qualité d’Expert associé au Programme Unesco "La Route de l'esclave" (The Slave Route Programme), à divers colloques sur la traite négrière et l'esclavage organisés par l'Unesco à Ouidah, Paris, Pointe-à Pitre, etc... Il est l'un des co-auteurs de l'ouvrage, La chaîne et le lien, une
vision de la traite négrière
, dirigé par Doudou Diène (Paris, Editions Unesco, 1998). Ses travaux sur l'origine camerounaise de Pouchkine ont mis fin à un siècle de polémique en Russie.

Conférencier international, Dieudonné Gnammankou est régulièrement invité dans des universités et institutions américaines, africaines, françaises et russes: ENS et Université de Maroua (Cameroun), Paris IV-Sorbonne, Harvard University, Boston University, Howard University, Foreign Service Institute, Florida International University (FIU), Bowling Green State University, Ecole Normale Supérieure de Yaoundé, (Cameroun), Université du Mali à Bamako, Le Center for Advanced Studies of African Society (CASAS, Afrique du Sud), L’Université de Tunis-Carthage, Le Festival International du Film d'Histoire de Pessac (France), Le Centre Culturel Russe de Paris, Le Musée Balzac de Paris, L’Université de Nantes, L'Institut Municipal & Institut Ebena d'Angers, L’Université de Toulouse, L’EHESS-Paris, L’Université de Paris VIII, L’Institut d'Afrique de l'Académie des Sciences de Russie à Moscou, La Fondation Russe pour la Culture, Le Musée National Pouchkine de St Pétersbourg, le Centre Culturel Français de Moscou, etc.

Il est l’auteur de nombreux articles parus dans les revues scientifiques et universitaires, de préfaces, chapitres de livre et d’encyclopédie, d’une traduction littéraire d’un récit de voyages d’un Africain en Russie en 1896, et des livres, Abraham Hanibal, l’aïeul noir de Pouchkine, Pouchkine et le Monde Noir.

PUBLICATIONS

A paraître:

-Préface et Commentaires de Dieudonné Gnammankou, Le Nègre de Pierre le Grand, Alexandre Pouchkine, Editions Dagan, Traduit du russe par Rostislav Hofmann, octobre 2009

DERNIERES PUBLICATIONS (liste non exhaustive)

-Chapitre de livre: "Pouchkine, l'Afrique et la littérature russe", in  Figures tutélaires et textes fondateurs, Sous la direction de Beïda CHIKHI,  PUPS (Presses Universitaires de Paris-Sorbonne), 2009
- Dieudonné Gnammankou et Yao Modzinou (Sous la dir. de) Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle, MAT Editions, 2008, 435p, 43 illustr.
-Pouchkine l'Africain, in L'Histoire, avril 2008
-Préface de livre: L'Art nègre , de Vladimir Markov, Traduit du russe par Nathalie St Jean Lecompte, Paris, Monde Global, Juin 2006
-Préface de livre: Jacobus Eliza CAPITEIN, Etude critique sur un Africain du XVIIIe siècle, de Kwesi Kwaa PRAH, Paris, Présence Africaine, Décembre 2005
-Article: "Contributions africaines à la Russie impériale aux XVIIIe et XIXe siècles" in Les historiens africains et la mondialisation, I. Mandé et B. Stefanson (Eds), AHA/Karthala/ASHIMA, Bamako, Paris 2005
-Article : "Soldats, esclaves et savants. La présence africaine en Europe de l'Antiquité à la fin du XIXe siècle" in Traces noires de l'Histoire en Occident, Africultures, N°64, Juillet-Sept. 2005
-Chapitre de livre: "La traite des Noirs en direction des territoires ottomans d'Europe centrale et des bords de la Mer noire aux 18e et 19e siècles", in Kwesi Kwaa PRAH (Editor) Reflections on Arab-led Slavery of Africans, CASAS Book Series N0.35, Cape Town, 2005.
-Chapitre d'encyclopédie: "The African Diaspora in Europe" in Encyclopedia of Diasporas Immigrant and Refugee Cultures Around the World, M. Ember, C.R. Ember, I. Skoggard (Ed.), HRAF (Yale University) & Kluwer Academic/Plenum Publishers (New York, Boston, Dordrecht, London, Moscow), 2004
-Article: "1802-2002 Bicentenaire de la naissance d'Alexandre Dumas. Dumas au Panthéon" in Revue Présence Africaine, 2003.
-Traduction littéraire: Mon voyage en Russie et en Sibérie, exceptionnel récit de voyage écrit en 1896 par l'auteur swahili Salim bin Abakari, in Caravanes: Littératures à découvrir, Paris, aux Editions Phébus, 2003.

 

©2000-2010 Dieudonné Gnammankou